FR / EN
Visite du Parc et du musée
les dimanches et fêtes de 14h à 18h
du 15 Mars au 15 Novembre

Musée

Slide 1
Slide 1
Slide 1
Slide 1
Slide 1
Slide 1
Slide 1
Slide 1
Slide 1


Le musée de Gaston Palewski

Ce musée comprend des documents exceptionnels : médailles internationales, clé de la ville de Venise, correspondances manuscrites entre Gaston Palewski et Charles de Gaulle.
Gaston Palewski, né le 20 mars 1901 à Paris et mort le 3 septembre 1984 au château du Marais au Val-Saint-Germain dans l'Essonne, est un diplomate et homme politique français d'origine polonaise, président du Conseil constitutionnel de 1965 à 1974. Entre 1924 et 1925, il est l'attaché politique du cabinet du maréchal Lyautey à Rabat, puis, à partir de 1928, directeur de cabinet de Paul Reynaud, notamment au Ministères Finances. C'est dans cette fonction qu'il rencontre, en 1934, le futur général de Gaulle. Pendant la guerre, il effectue de nombreux vols militaires. Il rejoint Charles de Gaulle à Londres en 1940. Il participe ensuite aux combats contre les Italiens en Éthiopie. Il est directeur du cabinet du général de Gaulle de 1942 à 1946. En 1951, il est élu député RPF de la Seine et, de 1953 à 1955, il est vice-président de l'Assemblée nationale. Il est ministre délégué auprès du président du conseil Edgar Faure chargé des affaires atomiques, des affaires sahariennes et de la coordination de la Défense, à partir du 23 février 1955. Il est promoteur du second plan atomique. Il démissionne en octobre 1955, en désaccord avec la politique du gouvernement en Algerie.
De 1965 à 1974, il est président du Conseil constitutionnel. En 1968, il est élu membre de l'Académie des beaux-arts.De 1957 à 1962, il est ambassadeur de France en Italie. Le 14 avril 1962, il est appelé par Georges Pompidou au poste de ministre d'État chargé de la Recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales, fonctions qu’il occupe jusqu’au 22 février 1965. Il est le premier à occuper ce poste1.
En 1969, il épouse Helen-Violette de Talleyrand-Périgord, duchesse de Sagan (1915-2003), fille d'Hélie, duc de Talleyrand et prince de Sagan(1859-1937) et de la princesse, née Anna Gould (1875-1961), après que celle-ci eut divorcé de son époux le comte de Pourtalès. Entre 1945 et 1974, il a été l'amant à Londres de la romancière anglaise Nancy Mitford, qui vint ensuite vivre à Paris.
Il eut une grande influence dans les milieux gaullistes et dans le gouvernement de la France.

Le salon littéraire de Madame de la Briche

On trouve dans le musée des tableaux, reliques et costumes de l'époque du salon littéraire de Madame de La Briche. Ce salon se tenait au Château du Marais.
En effet, fin mai, Madame de La Briche prenait ses quartiers d’été au Château du Marais jusqu’au début d’octobre. Elle recevait une société où l’on trouvait aussi bien le vieil amant de Sophie d'Houdetot, le poète Jean-François de Saint-Lambert, le fabuliste Florian – qui parle du Marais comme de « la terre promise » –, l’abbé Morellet, Jean-François de La Harpe,Suard, François-René de Chateaubriand. Son lecteur, Laborie, également précepteur de Caroline devint secrétaire particulier deTalleyrand au ministère des Relations extérieures avant de fonder en 1804 le Journal des Débats avec son ami Louis-François Bertin.
Elle réussit à traverser la Révolution française sans être le moins du monde inquiétée et mourut fort âgée sous la monarchie de Juillet.


Le Musée de la Courlande

Le musée présente une importante iconographie qui permet un voyage dans l’histoire de France et la compréhension des alliances Talleyrand et Courlande.
En 1808, le châtelain de Valençay abandonnait les princes d’Espagne en résidence forcée, pour assister à l’entrevue d’Erfurt entre Napoléon et le tsar Alexandre Ier. C’est là qu’il se lia avec l’une des femmes les plus influentes de la cour de Saint-Pétersbourg, Anne Charlotte Dorothée de Medem, veuve de Pierre Biron, duc de Courlande. Est-ce son aversion pour la démesure napoléonienne ou bien l’intelligence et le charme de cette femme encore jeune de ses 47 printemps ? Talleyrand incita dès lors en sous-main le tsar à résister aux avances de l’empereur des Français. Et pour sceller son rapprochement, il négocie le mariage de son neveu Edmond avec la cadette des quatre filles de la mûre et sémillante duchesse, Dorothée, âgée d’un peu plus de 15 ans : l’union fut célébrée en avril 1809.